Grande America – Pas de pollution côtière imminente mais risques possibles à terme

Grande America – Premar

 

 

 


 

 

Grande America – Pas de pollution côtière imminente

Hier, dimanche 17 mars 2019, se sont poursuivies les observations aériennes avec un Falcon 50 de la Marine nationale malgré des conditions météo difficiles. Objectif: suivre les fuites d’hydrocarbures de l’épave du Grande America.
Des conditions météo qui ont également rendu difficile les opérations de pompage du fioul brut et de lutte antipollution sur la zone du naufrage en raison de creux de 4 à 5 mètres et des vents de secteur Nord-Ouest de 30 à 35 noeuds.

Le dispositif de lutte antipollution présent sur la zone d’opérations est actuellement constitué :
– du BSAA Argonaute affrété par la Marine nationale
– du BSAA VN Sapeur affrété par la Marine nationale
– du VN Partisan affrété par l’EMSA
– du Ria de Vigo affrété par l’EMSA
– du BSAM Rhône de la Marine nationale
– du TSM Kermor, remorqueur de 32 mètres affrété par la préfecture maritime de l’Atlantique (travail en binôme avec le VN Partisan).

Le remorqueur espagnol Alonso de Chaves, équipé de capacités antipollution, ayant appareillé de Gijon (Espagne) a dû arriver sur zone ce matin.
Un second remorqueur espagnol, le Maria de Maetzu, sera en alerte et disponible à Santander (Espagne).

Les échantillons prélevés en mer avant-hier sur la zone du naufrage du Grande America ont été analysés par le CEDRE et le LASEM. Des analyses complémentaires sont actuellement en cours, notamment pour étudier le vieillissement du polluant en mer.

Météo et Risques de pollution côtière à terme
Une nette amélioration météorologique est attendue dès demain. Ces conditions plus favorables devraient permettre d’une part, une meilleure observation aérienne de la situation sur la zone de naufrage, et d’autre part, une mise en œuvre plus efficace des moyens de lutte antipollution.

Les dernières estimations du comité de dérive (composé d’experts dans les domaines de la météorologie, de l’océanographie, du comportement des produits pétroliers et de lutte contre la pollution maritime) confirment les risques de pollution côtière à terme. Cependant, compte tenu des conditions environnementales actuelles dans le golfe de Gascogne, les prévisions de dérive ont établi que les côtes françaises ne seraient pas touchées durant la semaine à venir.

© Photo: Marine Nationale

Ph. B-L


BISCAYE Plan :
 le Biscaye plan est un plan d’intervention en cas de sinistre en Atlantique dont l’activation repose sur un accord franco-espagnol. Signé en 1999, il prévoit le partage des eaux du golfe de Gascogne en deux parties. Toute intervention se déroulant au sud de la ligne de partage est sous l’autorité espagnole, la zone nord restant sous contrôle français. Dans tous les cas, l’ensemble des moyens de sauvetage français et espagnols sont à la disposition du pays chargé de l’opération.

 

 


 

Comments

mood_bad
  • No comments yet.
  • chat
    Add a comment