Grande America – Le point sur la dérive du front avant de la pollution

Grande America – Premar

18 et 19 mars 2019: l’amélioration des conditions environnementales s’est amorcée sur la zone des opérations avec l’atténuation de la houle de Nord-Ouest (hier 18 mars: mer forte avec des creux d’environ 3 mètres avec un vent de secteur Nord-Ouest de 15 à 20 noeuds – aujourd’hui: mer agitée avec des creux jusqu’à 2 mètres par houle de Nord-Ouest, vent de secteur Nord-Ouest de 5 à 10 noeuds).
Un vol d’observations aériennes a été réalisé hier par un avion de la SASEMAR. Il a permis d’observer, à la verticale de l’épave, une irisation de surface parsemée d’amas de fioul lourd. La pollution initiale – amas de fioul lourd disséminés en surface – émise par le Grande America à la date de son naufrage a dérivé. Ces amas ont une dimension moyenne comprise entre 50 et 100 cm.

Aujourd’hui a été à nouveau déterminée la zone de front avant à midi (voir carte ci-dessous). L’amélioration de l’état de la mer sur zone a permis de réaliser une meilleure observation aérienne de la pollution.
De plus, plusieurs vols de surveillance maritime ont eu lieu aujourd’hui par les aéronefs de la Marine nationale (Falcon 50, Atlantique 2, hélicoptères Caïman et Dauphin) et un aéronef de la compagnie Finist’air, affrété par l’armateur.

Front avant d’hydrocarbures du Grande America au 19 mars 2019 à midi

Les opérations de lutte antipollution se sont poursuivies, avec la mise en place de barrage flottant et de chalut. Et aujourd’hui 19 mars 2019 le dispositif complet de lutte antipollution a pu être mis en place:
– à la verticale de l’épave, où une irisation de surface parsemée d’amas de fioul lourd est toujours visible. Les remorqueurs espagnols Alonso de Chaves et Maria de Maetzu, et le VN Partisan associé au remorqueur TSM Kermor ont travaillé en continu ;
– sur la pollution initiale émise par le Grande America à la date de son naufrage, qui a dérivé et est constituée d’amas de fioul lourd disséminés en surface, avec l’engagement des BSAA Argonaute et VN Sapeur, du BSAM Rhône et du Ria de Vigo.

Des barrages hauturiers ont été déployés, avec la technique du chalutage en boeuf pour confiner (concentrer) le polluant et le pomper ensuite à bord des navires de lutte anti-pollution.

Les bateaux faisant partie du dispositif de lutte antipollution présent sur la zone d’opérations sont actuellement toujours les:
– BSAA Argonaute et VN Sapeur affrétés par la Marine nationale
– VN Partisan et du Ria de Vigo affrétés par l’EMSA
– BSAM Rhône de la Marine nationale
– TSM Kermor, affrété par la préfecture maritime de l’Atlantique
– remorqueur espagnol Alonso de Chaves (Biscaye plan).

Le second remorqueur espagnol, le Maria de Maetzu, était en cours de ralliement pour travailler en binôme avec l’Alonso de Chaves.
Des prélèvements d’échantillon en mer ont été réalisés ce matin par l’Argonaute sur le front avant de la pollution. Ils ont été transférés aujourd’hui pour analyses au Cèdre et au LASEM, par l’hélicoptère Caïman de la Marine nationale.

Projections et prévisions
A ce stade, compte-tenu des conditions environnementales (météorologique et océanographique) au centre du golfe de Gascogne, de la distance à la côte et des résultats des modèles fournis par le comité de dérive, une arrivée sur le littoral français d’amas de fioul lourd semble très peu probable avant 10 jours.

Ph. B-L

 

Comments

mood_bad
  • No comments yet.
  • chat
    Add a comment