PACA Villeneuve-Loubet – 5ème salon du Livre d’Histoire

 


 

 

5ème salon du Livre d’Histoire – Villeneuve-Loubet

 

Lionnel Luca
Maire de Villeneuve-Loubet

« Pour le 30ème anniversaire de la chute du mur de Berlin et de la fin du rideau de fer, la cinquième édition du Salon du Livre d’Histoire aura comme invité d’honneur l’historien Stéphane Courtois spécialiste reconnu du communisme.
En ouverture de ce grand rendez-vous avec le public, Franz Olivier Giesbert, journaliste essayiste, fidèle à Villeneuve Loubet, évoquera notamment Jacques Chirac sur lequel il a beaucoup écrit.

Près d’une quarantaine d’auteurs investiront notre librairie géante au coeur du Pôle Culturel Escoffier, enrichie de projections, concerts, ateliers jeunesse et le traditionnel Quiz de l’Histoire de France.

Le livre ancien de collection, mis en lumière chaque premier dimanche du mois à Villeneuve-Loubet, ajoute ses lettres de noblesse à ce salon unique dans le département des Alpes Maritimes.
La passion des français pour l’histoire reste un espoir pour notre pays d’oeuvrer toujours pour l’humanité, une espérance héritée de la philosophie des lumières. Nous sommes fiers d’y contribuer… »
Lionnel Luca
Maire de Villeneuve-Loubet

 

 

Stéphane Courtois
© Photo: Bruno Klein

Il y a trente ans, le 9 novembre 1989, à la surprise du monde entier, le Mur de Berlin tombait, entrainant dans sa chute tous les pouvoirs communistes d’Europe centrale et orientale. Ce tsunami politique déboucha deux ans plus tard sur un événement encore plus improbable, l’implosion de l’URSS. Formé d’une vingtaine de régimes communistes, de plus de quatre-vingt partis communistes et d’une armée de compagnons de route, le système communiste mondial qui semblait invulnérable, s’effondra comme un château de cartes, découvrant à la face du monde l’imposture du « pouvoir des travailleurs », de la «démocratie populaire» et de «l’avenir radieux» du communisme.
Cet effondrement tenait avant tout au caractère idéologique de ces régimes qui, en supprimant la propriété privée avaient ruiné leur pays, et en instaurant un système totalitaire avaient soumis leur peuple à une terreur systématique sans laquelle ils auraient été chassés du pouvoir. Du jour où Mikhaïl Gorbatchev, pourtant fervent communiste, décida de mettre fin à la terreur et d’instiller une goutte d’économie de marché et de démocratie dans ce système, il le fit sauter. L’effondrement laissa alors apparaître en Europe centrale et orientale des sociétés fracassées. La plupart d’entre elles ont aujourd’hui rejoint l’Union européenne, retrouvé l’État de droit et la prospérité, mais un demi siècle de totalitarisme a laissé des cicatrices profondes qu’un constant travail de mémoire, appuyé sur le socle solide des recherches historiques, doit peu à peu guérir. »
Stéphane Courtois

Stéphane Courtois est historien, directeur de recherche honoraire au CNRS, directeur de la revue « Communisme » et de collections chez plusieurs éditeurs (Seuil, Le Rocher, Cerf, Vendémiaire). Il est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages consacrés au communisme français et international et au phénomène totalitaire. Il a notamment dirigé Le livre noir du communisme qui a été un événement mondial (26 traductions, plus de 1 million d’exemplaires). Son dernier ouvrage s’intitule Le siècle des dictateurs (Perrin).

 

Philippe Brossard-Lotz

 

Comments

mood_bad
  • No comments yet.
  • chat
    Add a comment