Corse – Rhodanus à Bonifacio: 2600 tonnes de bobines d’acier rendent le déséchouement délicat

 


 

Rhodanus à Bonifacio
© Photo: Marine nationale

Mise à jour 13 octobre 2019
Hélitreuillage par un Caïman Marine de l’équipe d’évaluation et d’intervention.
Ainsi que survol du Falcon 50 de la Marine nationale: pas de pollution détectée mais une investigation approfondie est en cours.

Des plongeurs de la Marine nationale sont allés inspecter la coque.
La Préfecture maritime a rassemblé le maximum d’évaluations techniques et étudie désormais les options de déséchouement du cargo. 


De plus, un arrêté interpréfectoral (Préfet maritime et Préfet de Corse)
interdit le survol de la zone en plus de l’interdiction d’activités nautiques.

A la suite des inspections de la coque et des fonds marins par des plongeurs, et une analyse des évaluations techniques, un exposé de la situation a été fait au Préfet maritime par les experts qui ont opéré sur place.

D’ores et déjà, un début de sécurisation du cargo a été effectué par un ancrage supplémentaire du cargo.
Des contacts étroits ont été établis avec l’armateur et les compagnies d’assurances.

 

Rhodanus à Bonifacio: les plongeurs
© Photo: Marine nationale

 

Mise à jour 14 octobre 2019

Le Rhodanus s’est échoué vers 3h00 dans la nuit du 12 au 13 octobre à proximité des bouches de Bonifacio, en Corse. Il transporte 2600 tonnes de bobines d’acier et devait faire escale le 14 octobre à Port Saint Louis.
Les évaluations de l’état du Rhodanus menées par l’équipe d’évaluation et d’intervention dépêchées sur zone et les plongeurs démineurs de la Marine nationale ont été analysées par les experts présents à la préfecture maritime de la Méditerranée.
Leurs conclusions ont été présentées hier soir au Préfet maritime de la Méditerranée. Les plongées montrent notamment que le Rhodanus est largement posé sur le fond sur son avant. En conséquence, le déséchouement ne peut être mené sans avoir préalablement allégé le navire.
Compte tenu de la nature de la cargaison (bobines d’acier de plusieurs tonnes chacune), des moyens spécifiques doivent être identifiés et acheminés sur place dans des délais non connus pour l’heure. Pendant ce temps, la priorité est de sécuriser le site afin de préserver l’environnement marin.
Toutes ces opérations sont conduites en relation étroite avec l’armateur et ses assureurs.

Enfin, les arrêtés pris plus tôt dans la journée sont toujours en vigueur.

Moyens engagés jusqu’à présent sur zone :

  • Une équipe d’évaluation et d’intervention de la Marine nationale
  • Bâtiment hydrographique Lapérouse depuis le milieu de matinée
  • Remorqueur d’intervention, d’assistance et de sauvetage (RIASAbeille Flandre
  • BSAA (bâtiment de soutien, d’assistance affrété) Jason avec des moyens de lutte contre la pollution
  • Patrouilleur côtier de Gendarmerie maritime Jonquille
  • Patrouilleur italien CP306
  • Remorqueur Persevero d’Ajaccio
  • Canot tout temps SNS 063 capitaine de vaisseau L’Herminier de la station SNSM de Bonifacio
  • Hélicoptère Puma de l’armée de l’Air et Caïman de la Marine nationale (transfert des équipes d’évaluation sur zone)
  • Avion de surveillance maritime Falcon 50 de la Marine nationale

 

[divider]

Dimanche 13 octobre 2019
A 3h00, le cargo Rhodanus (Antigua-et-Barbuda / Antilles), navire d’environ 90 mètres de long avec sept personnes à son bord, s’est échoué à l’ouvert des Bouches de Bonifacio, au lieu-dit « Cala Longa ».
Il transportait des bobines d’acier.
7 membres d’équipage sont à son bord.

Les Bouches de Bonifacio sont une réserve naturelle très étendue entre la Corse et la Sardaigne.

Le navire devait embouquer les Bouches de Bonifacio mais n’a pas viré à temps et a poursuivi sa route vers la côte en dépit des appels répétés du Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage (CROSS) en Corse, du sémaphore de Pertusato et la station italienne Maddalena pendant près de 50 minutes.

Sur zone, de nombreux moyens ont été déployés dont:
– la vedette SNS 063 de la SNSM,
– le patrouilleur italien CP306
– le patrouilleur côtier de gendarmerie maritime La Jonquille
– un hélicoptère PUMA de l’Armée de l’air.

Le bâtiment militaire français Lapérouse a rejoint également les lieux.

Pour l’heure, le bâtiment, posé sur le fond, n’a pas de gîte et aucune pollution n’est constatée.
Toutefois, par principe de précaution, des moyens de lutte antipollution, le remorqueur d’intervention, d’assistance et de sauvetage Abeille Flandre et le bâtiment de soutien, d’assistance et de dépollution Jason, ont appareillé depuis Toulon et des moyens italiens sont également sollicités.

La situation est suivie en coordination avec les autorités italiennes et les autorités terrestres (dont la préfecture de Corse du Sud).

Cargo Rhodanius à Bonifacio
© Photo: Marine nationale

Depuis, la préfecture maritime a mis en demeure le navire et a émis un arrêté interdisant la navigation et toutes activités nautiques dans un rayon de 1000 yards (mètres) autour du cargo.

Les gendarmes maritimes sont à bord du navire.
En supplément des moyens déjà dépêchés sur zone, un avion Falcon 50 de la Marine nationale a rejoint les lieux et une équipe d’évaluation et d’intervention (EEI) de la Marine nationale a décollé de Toulon pour effectuer les premières estimations sur place.

La situation est toujours suivie en coordination avec les autorités italiennes et les autorités terrestres (dont la préfecture de Corse du Sud).

Il est demandé à tous les usagers de la Mer de bien respecter l’arrêté d’interdiction de navigation et de rester à plus de 1000 yards (mètres) du navire.

Rhodanus s’échoue près de Bonifacio © Marine nationale

 

 

Philippe Brossard-Lotz
(avec Premar)

 

 

Comments

mood_bad
  • No comments yet.
  • chat
    Add a comment